Vous êtes ici : Accueil > Continuité pédagogique > Communication continuité pédagogique N°2
Publié : 25 mars
Format PDF Enregistrer au format PDF

Communication continuité pédagogique N°2

Comment maintenir au mieux le lien à distance ?

Chères et chers collègues,

Voici la seconde communication sur la continuité pédagogique. Elle est rédigée à l’échelle normande après une visioconférence entre inspecteurs de LV des périmètres de Caen et Rouen. Nous avons choisi d’axer cette deuxième lettre sur des conseils qui prennent en compte les enjeux pédagogiques et les freins que nous mesurons dans l’enseignement à distance des langues vivantes et d’envisager des solutions, aussi humbles soient-elles, aux problématiques que vous nous faites régulièrement remonter en matière d’accompagnement du travail à distance. Vos retours sont primordiaux pour que ces conseils puissent vous être utiles, répondre à des questionnements, pallier les obstacles que vous nous signalez. Nous avons tenté une approche pragmatique également puisque nous mesurons bien les difficultés quotidiennes qui amènent nombre d’entre nous à gérer à la fois situations personnelles, travail des enfants à la maison et travail des élèves à distance. Nous savons aussi combien le lien que vous maintenez avec vos élèves avec l’enseignement à distance est essentiel pour eux, avec des apprentissages qui prennent une dimension nouvelle dans ce contexte particulier.

Nous espérons que vous trouverez dans ces propositions des pistes pour éviter l’essoufflement, celui des élèves comme le vôtre, qui revient souvent dans vos propos.

Comment maintenir au mieux le lien à distance ?

Quels outils pour quels usages ?

Pour toute question pratique liée aux outils, nous vous recommandons de lire attentivement toutes les informations envoyées par la DRANE et qui sont relayées par votre établissement. Les référents numériques sont aussi des relais précieux : la DRANE met à leur disposition une FAQ qui reprend les questions récurrentes (par exemple, quel outil privilégier pour une classe virtuelle, actuellement la solution du CNED est la plus souhaitable, ou pourquoi éviter des solutions qui, à première vue, peuvent séduire) et des mises en oeuvre à privilégier pour les outils retenus dans le cadre du RGPD.

Comment maintenir le contact avec tous les élèves ?

Nous ne reviendrons pas sur la fracture numérique existante que nous avons tous à l’esprit et qui doit nous conduire à adapter les canaux de communication à la situation des familles. Il est aussi complexe de maintenir un contact régulier avec chacun des élèves pour les professeurs de LV. Dans ces conditions :

  • Privilégier prioritairement les contacts dans votre suivi avec les élèves les plus fragiles ;
  • Echanger avec de petits groupes, essayer de garder un lien social avec les outils à disposition, numériques ou non (appel téléphonique, outil pour interagir en direct sur l’ENT, petite classe virtuelle de 4 ou 5 élèves) ;
  • Anticiper les rencontres virtuelles avec les élèves et programmer autant que possible ces rencontres en concertation avec l’équipe pédagogique.

Quel guidage au collège ? Au lycée ?

Dans tous les cas, c’est bien la clarté de la consigne qui permettra de guider les élèves dans les apprentissages en prenant en compte les éléments suivants qui nous semblent importants :

  • Toujours avoir à l’esprit l’autonomie des élèves, (normalement) acquise ou en voie
  • d’acquisition au lycée, plus incertaine au collège ;
  • Mesurer la charge de travail en prenant en compte la maturité des élèves (remise de
  • productions en différé, fourchette de dates, …) ;
  • Au collège comme au lycée, privilégier la régularité plutôt que la longueur des productions ;
  • Considérer les modalités de travail en lien avec le degré d’autonomie des élèves et veiller à la durée des supports vidéo proposés (un élève de collège « glisse » parfois plus facilement d’un site à l’autre, de la vidéo sélectionnée par le professeur à YouTube par exemple) ;
  • Essayer si possible d’adapter le recours aux vidéos à l’âge des élèves et limiter l’exposition aux écrans. Penser aux alternatives non numériques (manuels notamment) ;
  • Penser à encourager la prise de notes (plus modeste au collège) pendant les activités de réception.

Comment adapter les consignes pour faciliter la gestion du retour des productions au regard du nombre de groupes et d’élèves en LV ?

A l’impossible nul n’est tenu ! Il importe de veiller à des méthodes d’accompagnement qui soient tenables et de stabiliser un rythme d’échange entre enseignants et élèves.
Quelques pistes nous semblent à explorer pour ne pas rendre cette tâche chronophage :

  • Choisir… et renoncer : on ne peut multiplier à distance les connaissances mobilisées et les compétences entraînées ;
  • Préciser, expliciter dans la consigne la compétence dominante qui sera le fil directeur du travail demandé. Préciser les étapes de sa mise en oeuvre, y compris sur le plan technique ;
  • Dans la mesure du possible, inviter les élèves à expliciter le travail à faire en amont ou à en faire le bilan, en aval ;
  • Dans le cadre du suivi des élèves, encourager l’autoévaluation à condition de ne pas multiplier consignes et compétences en jeu (Cf. supra) ;
  • Inviter les élèves à travailler ensemble lorsque cela est possible (une production par binôme ou trinôme par exemple, qui leur permet également de garder un lien social).

Nos discussions nous ont amenés à envisager de prochaines communications autour des questions suivantes : comment maintenir le travail collaboratif ? Comment rendre compte aux élèves de leurs efforts et de leurs progrès sans créer des situations de stress ? Comment procéder, en entretenant la motivation, à l’enseignement-apprentissage de nouvelles notions ? Vos propositions sur des
thématiques qui vous semblent tout aussi primordiales seront bienvenues, bien entendu.

Bonne continuation à tous, prenez soin de vous surtout.

Les inspecteurs de LV de l’académie de Normandie